connexion
0
panier
contact
les éditions
agenda
recherche
Littérature Histoire Essais Beaux-livres Orthodoxie Auteurs Titres

Agenda

La rencontre aura lieu simultanément sur Zoom® et sur la page facebook Syrtes-Orthodoxie
Prenant appui sur les Saintes Écritures, L’Emergence de la personne cherche à rendre accessible la théologie des Pères de l’Église et la vie spirituelle qui en découle. Il se fonde sur la classification établie par Évagre le Pontique (346-399) des huit pensées principales, source de tous les troubles psycho-physiques et spirituels possibles, à partir desquelles toutes les autres pensées – ou maladies spirituelles – sont engendrées : la gourmandise, la luxure, l’avarice, la tristesse, la colère, l’acédie, la gloire, l’orgueil.
Ce « Manuel de vie chrétienne » est donc formé de huit chapitres, consacrés à ces pensées. Chacun donne la possibilité de poser un diagnostic permettant de discerner, en nous, la présence et l’action de la pensée traitée puis de proposer une thérapeutique pour en obtenir la guérison.
Rencontre sur Zoom® et en direct sur Facebook et Youtube
“Si jamais la langue russe a démontré qu’elle savait bourgeonner et printaner sans fin, c’est dans ce récit du petit Kotik.
Langage d’enfant, rengaines de chamane, « parler en langue » des premiers apôtres – la langue russe, ici, entre en éruption comme l’Etna où se jeta Empédocle.
Kotik, à nouveau je te salue ! Ton volcan n’est pas éteint.”
Georges Nivat
***
Paru en 1917, Kotik Letaïev est une autobiographie poétique, épopée intérieure de l’enfance sur les trois premières années de la vie de son auteur, Andreï Biely. Le héros, Kotik (diminutif de Konstantin qui signifie également chaton) Letaïev est un enfant précoce qui, depuis son plus jeune âge est familiarisé avec les trésors de la culture. Un jour, poussé par une nostalgie toujours plus grande, il part vers l’inconnu. Le récit, à la première personne, a d’une part le charme naïf d’un discours enfantin au travers duquel se recompose la ville Moscou de la fin du XIXe siècle, et d’autre part l’inquiétant surréalisme d’un parcours initiatique conduisant sa victime par le dédale des mythes.
Adepte de la théosophie de Steiner, l’écrivain, alors âgé de 35 ans, se sent revivre sa première naissance. Il couche cette expérience sur papier, avec comme résultat ce récit hors du commun, qui commence dès avant la naissance, dans le ventre de sa mère.
***
Georges Nivat est historien des idées et slavisant, traducteur spécialiste du monde russe. Professeur honoraire à l’université de Genève, il a été l’un des traducteurs d’Alexandre Soljenitsyne.

Les éditions des Syrtes proposent une rencontre en ligne avec Luba Jurgenson et Nicolas Werth, avec la participation de Valentina Demidova, fille de l’auteur à l’occasion de la parution de Doubar et autres récits du Goulag, de Gueorgui Demidov aux éditions des Syrtes

Gueorgui Demidov est né à Saint-Pétersbourg en 1909. Il a obtenu son premier brevet d’invention à 21 ans. En 1938, alors qu’il est ingénieur physicien à l’institut de physique de Kharkov, il a été arrêté par le NKVD en tant que « terroriste trotskiste », condamné à huit ans de travaux forcés et envoyé à Kolyma. Pendant dix ans, il a été affecté aux travaux dits « communs ». En 1946, après avoir purgé sa peine, il est à nouveau condamné à dix ans. En 1951 il est relégué à Inta, dans la république des Komis. Il ne sera réhabilité qu’en 1958, et il s’installe alors à Oukhta, puis à Kalouga. Père d’une fille qui avait quelques mois lors de son arrestation, il ne l’a revue que dix-neuf ans après.
Tous ses manuscrits lui sont confisqués en 1980 par le KGB et ils ne seront restitués à sa fille qu’en 1988, soit un an après sa mort.

Doubar : et autres récits du goulag, de Gueorgui Demidov
Traduit du russe par Antoine Garcia, Alexandra Gaillard & Colette Stoïanov
320 pages, 22€
En librairie le 22 avril 2021

Ce premier volume, réédition revue et augmentée d’un livre paru en français en 1991 aux éditions Hachette/Le Progrès sera suivi de deux volumes de récits inédits en français, traduits par Luba Jurgenson et Nicolas Werth.

 

Nous sommes heureux de vous inviter à une rencontre en ligne avec l’écrivaine roumaine Florina Ilis à l’occasion de la parution du Livre des Nombres, roman traduit en français par Marily Le Nir, aux Éditions des Syrtes
La rencontre se déroulera en français et sera animée par Monica Irimia, de la librairie Mollat, à Bordeaux.
Cet événement est organisé par les Éditions des Syrtes, en partenariat avec L’Ambassade de Roumanie en France et l’Institut culturel roumain de Paris
Participation sur Zoom® avec inscription préalable en ligne: https://zoom.us/webinar/register/WN_WJm2ESErSTOv9gW0tohFLg
La rencontre sera également diffusée en direct sur Facebook® & Youtube®
Le Livre des Nombres est un roman monumental, à la fois fresque historique, saga familiale, monographie d’un village d’Europe centrale. Il embrasse un siècle d’histoire mouvementée de la Transylvanie, ballottée entre l’Empire austro-hongrois, la Hongrie puis la Roumanie, avec, au centre, l’instauration du régime communiste et ses secousses tragiques. Le lecteur est plongé dans l’entreprise d’un écrivain qui tente de reconstituer le roman de sa famille.
Dans une construction littéraire magistrale, les héros se racontent afin de recomposer la mémoire collective et un arbre généalogique séculaire, bien ancré dans la terre, dont les branches déploient des noms que l’Histoire n’a pas retenus.
Née en 1968, Florina Ilis est sans aucun doute l’une des grandes plumes de la littérature roumaine contemporaine. En 2010 paraît en français, aux éditions des Syrtes, La Croisade des enfants (prix Courrier international du meilleur roman étranger) et en 2015, Les Vies parallèles. Le Livre des nombres est son troisième livre traduit en français.

Dans le cadre des rencontres 1 endroit où aller (https://www.1endroitoualler.com), venez discuter à bâtons rompus avec Marek Sindelka, talentueux auteur de l’incroyable roman La Fatigue du matériau!

Modalités à suivre.

Les éditeurs réunis invitent les « légendes » Georges Nivat, Irina Emelianova et Gérard Abensour pour une discussion autour du livre d’Irina Emelianova, Les Légendes de la rue Potapov et de Boris Pasternak. Gérard Abensour a traduit l’ouvrage et Georges Nivat, en plus de l’avoir préfacé, en est l’un des protagonistes. Une discussion riche en perspective!

 

Jeudi 11 mars 2021 à 19h Entretien en ligne avec Zakhar Prilepine

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Le Centre de Russie pour la science et la culture (de la rue Boissière à Paris) invite l’écrivain Zakhar Prilepine à une rencontre en ligne autour de son nouveau livre, Certains n’iront pas en enfer.

À regarder sur le site du CRSC: crsc.fr

Dans le cadre du Festival et Forum International des Droits Humains, l’auteur biélorusse Sacha Filipenko interviendra dans le cadre d’un débat intitulé « La Biélorussie, une dictature à l’agonie ? ». Autres intervenants: Svetlana Tikhanovskaya, Ales Bialiatski, Olga Kovalkova, Gerald Staberok et Tatyana Movshevich.

Sacha Filipenko est l’auteur de Croix rouges et La Traque, publié aux éditions des Syrtes.

Plus d’informations sur https://fifdh.org/2021/projection/366-belarus-a-dying-dictatorship

 

Pour avoir quand même des Journées du Livre Russe en février comme d’habitude, rendez-vous en ligne pour assister à une série de tables-rondes et des présentations d’ouvrages par leurs auteurs.

Vendredi 12 février

18.00 – 19.30 Table ronde Soigner les maux par les mots

À quoi sert la littérature, à quoi servent les romans, les nouvelles, la poésie ? À rien, diront certains. D’autres y verront la possibilité de dénoncer les tares d’une société et les dangers d’un possible monde à venir. D’autres encore y trouveront réconfort, profondeur, largeur de vues, beauté. Bref, la littérature serait-elle un baume ? Une potion plus ou moins difficile à avaler ? Et l’écrivain un médecin ? Un guérisseur plus ou moins sorcier, plus ou moins charlatan ?

Avec Evguéni Vodolazkine, Maxime Ossipov, Alexeï Salnikov

Modération : Anne Coldefy-Faucard

***

Samedi 13 février

15.00 – 16.30 Discussion – Guérison et vie éternelle dans le roman de Boris Pasternak Docteur Jivago

 Le roman de Boris Pasternak « Docteur Jivago » est célèbre comme roman antisoviétique à cause des violentes attaques dont l’auteur fut victime de la part de l’État. En réalité, il y a très peu de politique dans le roman, il y est surtout question du mal du siècle auquel ont été confrontés la Russie et son peuple – la haine du genre humain. La table ronde portera sur la manière dont le docteur Iouri Andréiévitch Jivago guérit son entourage de ce mal et sauve leur âme.

Avec Georges Nivat, Irina Emelianova, Anna Serguéeva-Klatis
Modération : Yves Gauthier

Suivi de la lecture bilingue des poèmes de Youri Jivago

par Anatoli Béliy, acteur du Théâtre d’Art de Moscou et Marina Keltchewsky, actrice française.

 

S’inscrire