connexion
0
panier
contact
les éditions
agenda
recherche
Littérature Histoire Essais Beaux-livres Orthodoxie Auteurs Titres

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Parution : septembre 2018

ISBN 9782940523825 (27 septembre 2018)

Marina TSVETAEVA

Les Grands poèmes

Littérature RusseNouveautés

Description

Poèmes bilingues traduits du russe et annotés par Véronique Lossky
Avant-propos Lev Mnoukhine 
Postface Hélène Henri, Caroline Bérenger et Elena Korkina

Avec les Grands poèmes en édition bilingue, Véronique Lossky a désormais achevé l’oeuvre de sa vie consacrée à Marina Tsvetaeva. La poétesse russe du XXe siècle est connue en France par la totalité de sa poésie lyrique. Née à Moscou à la fin du XIXe siècle, Marina Tsvetaeva commence à écrire des poésies à sept ans. Elle a été séduite assez tôt par une forme poétique longue ; non pas ses petites pièces de plusieurs quatrains exprimant une situation émotionnelle donnée, mais des œuvres poétiques beaucoup plus amples, de plusieurs centaines, voire de milliers de vers.

L’ouvrage contient vingt-et-un longs poèmes: les grands poèmes épiques, les contes d’inspiration folkloriques et les œuvres inachevées. Les grands poèmes correspondent à des étapes importantes de la biographie de Tsvetaeva, mais la transposition poétique est substantielle.

Le Magicien est le premier grand poème narratif de Tsvetaeva, composé au printemps 1914. Resté inédit de son vivant, il a été publié une première fois à Paris en 1976. Le Poème de la Montagne et le Poème de la Fin sont les seuls grands poèmes d’amour, inspirés d’une passion réellement vécue par Tsvetaeva à Prague. L’élément ludique quant à lui est très présent dans Envoyé de la mer dédié à Pasternak et l’on peut s’étonner en le lisant de savoir que Tsvetaeva prétendait ne pas aimer la mer qu’elle considérait comme un grand espace perdu pour les promenades. La mer occupe aussi une place de choix dans La Princesse-Amazone. Mais il s’agit bien sûr de la mer – élément de la nature mythique ou transfigurée et non des plages qu’elle a souvent fréquentées. Dans l’œuvre poétique intégrale de Tsvetaeva, pour le moment, l’énigme qui reste est bien Le Poème sur la famille du Tsar, perdu lors du retour en URSS de Marina Tsvetaeva, dont il ne subsiste que des fragments.

« Il me semble que du point de vue de la nouveauté d’inspiration mais aussi pour bien d’autres motifs, les grands poèmes ouvrent des perspectives riches pour pénétrer dans l’univers poétique de Tsvetaeva, ils montrent que l’on peut lire toujours davantage et creuser toujours plus loin… » Véronique Lossky

Du même auteur aux Éditions des Syrtes:

Correspondance 1922-1936: Boris Pasternak (2005)
Cet été-là – correspondance 1928-1933: Nicolas Gronski (2005)
Le Cahier rouge (2011)
Les Carnets (2008)
Lettres à Anna (2003)
Lettres du grenier de Wilno (2004)
Poésie lyrique 1912-1941
 (2015): édition bilingue en deux volumes, Poèmes de Russie (1912-1920) et Poèmes de maturité (1921-1941), et en coffret.