connexion
0
panier
contact
les éditions
agenda
recherche
Littérature Histoire Essais Beaux-livres Orthodoxie Auteurs Titres

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Parution : mars 2017

9782940523542 (2017)

Serge ANDOLENKO

La Guerre de 1914-1918 sur le front russe

Actualité et histoire
en stock

21,00 TTC

Ajouter au panier

Articles

Guerre et Histoire Juin 2017

Du même auteur

Description

Préface de Dominic Lieven

« Si la France n’a pas été effacée de la carte de l’Europe, c’est avant tout à la Russie que nous le devons», déclare le Maréchal Foch à la fin de la Première Guerre mondiale. Qui s’en souvient aujourd’hui ?

Nicolas II décrète en juillet 1914 une mobilisation générale et engage sept millions d’hommes aux côtés de la France. Son armée est une des meilleures et attaque le front est, affolant l’état-major allemand qui déplace des troupes du front ouest en renfort (permettant le « miracle » de la Marne et de ses taxis).

L’industrie russe, à la traîne de l’industrie allemande, compense par de très lourdes pertes humaines son infériorité en équipements. Les soldats récupèrent les armes de leurs camarades morts, les combats se poursuivent à la baïonnette, au couteau, et même à mains nues. Cette hécatombe permet malgré tout d’affaiblir les Allemands, qui proposent une paix séparée à Nicolas II : elle est rejetée et la boucherie se poursuit.

En 1916, à Verdun commence l’offensive de la Somme, le front est est alors relativement épargné. Les Russes en profitent pour s’approvisionner et s’équiper, puis lancent deux offensives décisives en Bessarabie et dans le Caucase. L’espoir revient enfin pour les Alliés.

Mais arrivent 1917 et l’abdication de Nicolas II. Les soldats qui avaient combattu pour la Patrie, Dieu et le Tsar sont perdus. Le gouvernement provisoire proclame sa volonté de poursuivre la guerre, tout en donnant des ordres incohérents. L’armée est détruite de l’intérieur. Pour l’auteur, « la révolution n’est pas une conséquence d’une prétendue défaite militaire ; la révolution serait plutôt la cause première de la destruction de l’armée ».

Alors que les commémorations du 11 novembre 2016 ont rendu un hommage historique aux soldats russes, morts aux côtés des soldats français, l’ouvrage de Serge Andolenko tente de soigner une amnésie générale en démontrant le rôle oublié de la Russie impériale pendant la Première Guerre mondiale.

Publié aux éditions des Syrtes

Généralissime Souvorov (2016)