Ariadna EFRON

Auteurs_Efron Ariadna_PortraitNée à Moscou en 1912, Ariadna Efron est la fille de la poétesse Marina Tsvetaeva et de son époux, Sergueï Efron. Dans les années terribles suivant la révolution, Ariadna Efron et sa mère vivent dans un singulier état de symbiose : Marina Tsvetaeva amène partout avec elle sa petite fille, âgée de sept ou huit ans, qui parle comme elle et écrit des vers qu’on a du mal à distinguer des siens.

En 1922, Ariadna suit les siens en exil à Berlin, à Prague puis à Paris où elle poursuit des études d’histoire de l’art et fréquente l’École du Louvre.

En 1937, sous l’influence de son père qui était à Paris l’un des dirigeants de l’association Union pour le retour, elle décide de retourner en URSS où elle compte faire une carrière d’illustratrice. En Russie, elle travaille pendant deux ans à l’Union des revues et journaux.

Arrêtée en 1939 comme élément « antisocial », elle est condamnée à huit ans de « rééducation par le travail ». En 1947, elle est enfin libérée mais se trouve contrainte de vivre hors de Moscou. Elle s’installe à Riazan où elle vit en enseignant le dessin à l’École des beaux-arts de la ville. Cette semi-liberté ne dure que dix-huit mois : sans motif, elle est de nouveau arrêtée, emprisonnée, puis déportée à Touroukhansk sur les bords de l’Ienisseï, non loin du cercle polaire. C’est en 1955 seulement, deux ans après la mort de Staline, qu’elle est enfin libérée et réhabilitée.

Elle se consacre dès lors à la publication des œuvres de sa mère et lui fait gagner en Russie un lectorat de plus en plus large. En marge, Ariadna Efron subvient à ses besoins en travaillant comme traductrice. Elle meurt en juillet 1975 dans la petite ville de Taroussa, au sud de Moscou.

Publié aux Éditions des Syrtes:
Marina Tsvetaeva, ma mère (2008)

EmailFacebookTwitterPrintpartager