connexion
0
panier
contact
les éditions
agenda
recherche
Littérature Histoire Essais Beaux-livres Orthodoxie Auteurs Titres

Vidéos

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Vidéo – Table ronde autour de la Philosophie de l’œuvre commune et la correspondance de Nikolaï Fiodorov

Michel Eltchaninoff, Françoise Lesourd et Anne Coldefy-Faucard présentent la pensée du philosophe Nikolaï Fiodorov dans une table-ronde.

Totalement inconnue en France, la pensée utopiste de Fiodorov a influencé la culture du XXe siècle russe et demeure à ce jour une référence importante en Russie. De nombreux écrivains y trouveront des échos de leurs préoccupations, de Tolstoï à Dostoïevski ou à Vladimir Soloviov. Parmi ses héritiers, le futuriste Velimir Khlebnikov et les écrivains Andreï Platonov ou Maxime Gorki, mais également des savants comme Tsiolkovski, le père de l’aéronautique soviétique. Ses idées trouveront indirectement leur expression dans des textes de la science-fiction soviétique ou dans le cinéma d’Andreï Tarkovski et son adaptation de Solaris (1972).

La pensée de Fiodorov se situe au croisement des nouvelles disciplines émergentes de son temps, telles que la linguistique et l’anthropologie, mais également la sociologie, l’agriculture, l’économie. Il est attentif aux phénomènes sociaux engendrés par l’urbanisation, l’appauvrissement de la campagne, et pressent, comme d’autres penseurs de son époque, l’avènement d’une crise mondiale majeure. Exhortant l’humanité à s’unir pour vaincre la mort, Fiodorov lui assigne aussi le devoir moral de ramener à la vie toutes les générations disparues, ces victimes du « progrès » : c’est « l’œuvre commune ». Sur le climat, objet d’attention privilégié, ou encore, sur les transformations biologiques que connaîtra l’humanité, sa réflexion se rapproche de la question du transhumanisme, qui connaît actuellement un véritable engouement dans la Silicon Valley et ses grandes entreprises.

Utopique, la pensée de Fiodorov ? Sans doute. Il n’en demeure pas moins que les idées, les interrogations du philosophe sont toujours aussi stimulantes, particulièrement lorsqu’elles sont exposées avec la spontanéité de la Correspondance: les rapports avec la nature, les questions de météorologie, l’urbanisation excessive, la maladie, la mort, la faim, la conquête de l’univers…

Enregistré le 2 octobre dans le cadre des Journées du Livre russe