connexion
0
panier
contact
les éditions
agenda
recherche
Littérature Histoire Essais Beaux-livres Orthodoxie Auteurs Titres

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

Parution : octobre 2015

ISBN 9782845451681 (2015)

Dominic LIEVEN

La Russie contre Napoléon

Actualité et histoire

Description

Traduit de l’anglais par Antonina Roubichou-Stretz

Pendant l’été 1812, Napoléon, le maître de l’Europe, envahit la Russie avec la plus grande armée jamais vue, convaincu qu’il allait tout balayer devant lui. Mais moins de deux ans plus tard, son empire s’était effondré, et la Russie avait triomphé. Cet ouvrage est le premier à analyser en profondeur le rôle crucial joué par la Russie dans les guerres napoléoniennes, en faisant revivre avec une maîtrise sans précédent le combat entre les deux empires. Exhumant le gisement inexploité des archives militaires russes, Dominic Lieven vient contrecarrer, par le biais d’une démarche scientifique rigoureuse et de documents inédits, les interprétations communément admises d’une histoire qui s’était arrêtée à Borodino. 

Si tout semble avoir été dit sur cette campagne, Dominic Lieven nous convainc qu’il n’en est rien. Il aborde en effet la question sous un angle inédit, à partir des sources de l’histoire militaire russe, dont l’étude est restée à ce jour quasiment inexploitée.

L’approche française a mis l’accent sur Napoléon et la Bérézina, tandis que le mythe tolstoïen défendait l’idée selon laquelle la victoire de la Russie avait été avant tout celle du peuple. Lieven prend ses distances avec ces interprétations et prend en compte le point de vue russe. Il insiste sur la force de la légende dans l’historiographie traditionnelle, qui a occulté une réalité historique pourtant de première importance. À l’idée, communément admise, que le rude hiver russe a eu raison de l’armée de Napoléon, Lieven oppose une réalité bien différente : dès 1810, les généraux russes ont anticipé le conflit en élaborant plusieurs stratégies, parfois contradictoires et en organisant une armée éloignée de l’image d’un simple rassemblement de paysans désorganisés.

Il en découle une vision panoramique de l’événement, appréhendé dans sa totalité et sous tous ses aspects. De plus, il ne se limite pas à l’année 1812 mais souligne l’importance de la campagne de 1813-1814. D’autre part, en étudiant l’économie de guerre de la Russie pendant cette période, il donne également à comprendre le fonctionnement de cette société agraire illettrée et sous-encadrée, tenue par une aristocratie terrienne et militaire qui, certes, rêve en français, mais gère en allemand et gouverne en russe.

Cet ouvrage de référence est un modèle en matière d’études historiques par la richesse du matériau et la rigueur de la démonstration. Mais il est aussi traversé par un souffle narratif qui montre que les exigences scientifiques du chercheur s’accommodent d’une belle plume.

Du même auteur aux Éditions des Syrtes:

La Fin de l’empire des tsars (2015)