Tchinguiz AÏTMATOV

Auteurs_Aitmatov_portraitTchinguiz Aïtmatov (1928 – 2008) est un écrivain de langue kirghize et russe. Ses nouvelles, écrites tout d’abord en langue kirghize, se sont imposées à partir de 1958 avec la publication de Djamilia, qui enthousiasma Louis Aragon.

Son œuvre marie de manière intense et originale des thèmes universels comme l’enfance innocente face à la bêtise du monde (Il fut un blanc navire, 1970), et des sujets politiques et sociaux difficiles tels la destruction de la culture kazakhe (Une journée plus longue que le siècle, 1970) ou les tabous de la société soviétique.

Agronome de formation, journaliste, traducteur, diplômé de l’Institut Gorki, Tchinguiz Aïtmatov a vu fonctionner de près les rouages de cette société, puisqu’il a été nommé conseiller du président Gorbatchev en 1985 puis ambassadeur de l’URSS et de la Russie. Après l’indépendance du Kirghistan en 1991, il a poursuivi sa carrière diplomatique comme ambassadeur du Kirghistan auprès de l’Union Européenne. La date de son enterrement, le 14 juin 2009, a été déclarée jour de deuil national par le président kirghize Kourmanbek Bakiev.

Traduites dans le monde entier, les nouvelles de Tchinghiz Aïtmatov ont été couronnées par le prix Lénine en 1963 (Nouvelles des montagnes et des steppes) et par le « meilleur prix du livre étranger » en 1982 en Italie. Le Premier Maître (1964) a été portée à l’écran en 1965 par Andreï Kontchalovski. Tchinghiz Aïtmatov a été membre de l’Académie européenne des sciences, des arts et des lettres à Paris.

Publié aux Éditions des Syrtes
Tuer, ne pas tuer (2005)

EmailFacebookTwitterPrintpartager